Je suis parti sur une belle Etoile. Plus rien ne se posera ici depuis ce jour du printemps 2014…sauf une traduction en anglais en cours…sauf un lien sur mes deux livres à venir un jour…. Merci pour votre écoute attentive…Que la poésie vous garde vivant...
  Diaporama 
Un Jour Sans Aile
Un Jour Sans Aile 36/100 avecdeuxailes.fr
  Précédente     Suivante   36/100
Ce que l'on s'aime

Chapitre 3 – « Elle et moi » - 36/100

Dans le champ des possibles, cerclé de barbelés,
j’ai vu une terre sans vie, en jachère et scarifiée,
aux ornières sculptées par le vent et les pluies torrentielles.
Mais j’y ai vu aussi une terre cultivable.
J’ai humé cette terre.
Elle est fertile.
Puisque agriculteur je suis depuis des milliers d’années,
Je peux y planter mon blé et mon orge pour manger.
J’ai confiance.
Je peux y construire ma chaumière.
Je porterai la graine et toi, la promesse du sol.
Mais il nous faudra de l’eau.
Beaucoup d’eau.

Avec deux Ailes


Avec deux Ailes

Mon amour, si je meurs et si tu ne meurs pas,
mon amour, si tu meurs et si je ne meurs pas,
n’accordons pas à la douleur plus grand domaine :
nulle étendue ne passe celle de nos vies.
Poussière sur le blé, et sable sur les sables
l’eau errante et le temps, et le vent vagabond
nous emportaient tous deux comme graine embarquée.
Nous pouvions dans ce temps ne pas nous rencontrer.
Et dans cette prairie où nous nous rencontrâmes,
mon petit infini, nous voici à nouveau.
Mais cet amour, amour, est un amour sans fin,
et de même qu’il n’a pas connu de naissance
il ignore la mort, il est comme un long fleuve,
il change seulement de lèvres et de terre.

Poème n° 92 - La Centaine d’amour - Pablo NERUDA
Top